Président

Depuis sa création, l'Université Française d'Egypte a fourni au pays des centaines de diplômés de haute qualité qui ont contribué à son développement. Cela serait-il suffisant? Surement pas. Une université sans recherche ne peut pas avoir sa place dans le classement mondial des universités. L'UFE avec ses propres moyens, son corps professoral et ses accords avec les universités égyptiennes et françaises peut sans doute créer des programmes d'études supérieures en mastère et en doctorat. L'établissement de centres d'excellence de recherche, en partenariat avec des universités françaises dans des domaines d'-intéret commun aux deux pays, pourra faciliter la mobilité des étudiants et des Professeurs dans les deux sens. Ces centres peuvent obtenir l'appui financier des gouvernements et des entreprises des deux pays. D'autre part, dans le cadre de la formation du polo francophone en Egypte, l'UFE peut ouvrir ses portes aux étudiants étrangers en particulier ceux venant des pays francophones africains. Cette démarche contribuera à l'aide égyptienne pour le développement de l'Afrique. Elle peut être aussi soutenue par des coopérations triangulaires entre l'Egypte, les pays africains et les organisations donatrices de fonds. Sans doute qu'avec la coopération et coordination de tous les partis impliqués, l'UFE pourrait avoir un avenir prometteur.

Prof. Hassan Nadir Khairallah

Vice – Président

  • Doctorat d’Ingénierie .
  • Doctorat es Sciences .
  • Professeur des Universités .
  • Vice – Président de l’Université française d’Egypte .

Prof. Bernard DURAND